La Toussaint

La Sainteté, souci du quotidien !

« L’Église, dont le saint Concile présente le mystère, est aux yeux de la foi indéfectiblement sainte. En effet, le Christ, Fils de Dieu, qui, avec le Père et l’Esprit, est proclamé « le seul Saint », a aimé l’Église comme son épouse, il s’est livré pour elle afin de la sanctifier, il se l’est unie comme son Corps et l’a comblée du don de l’Esprit Saint pour la gloire de Dieu. Aussi dans l’Église, tous, qu’ils appartiennent à la hiérarchie ou qu’ils soient régis par elle, sont appelés à la sainteté selon la parole de l’apôtre : « Oui, ce que Dieu veut c’est votre sanctification » (1 Th 4, 3 ; cf. Ep 1, 4). Cette sainteté de l’Église se manifeste en permanence et doit se manifester par les fruits de grâce que l’Esprit produit dans les fidèles ; sous toutes sortes de formes, elle s’exprime en chacun de ceux qui tendent à la charité parfaite, dans leur ligne propre de vie, en édifiant les autres ; elle apparaît d’une manière particulière dans la pratique des conseils qu’on a coutume d’appeler évangéliques ». Ainsi commence le chapitre V de la constitution Lumen Gentium du Concile Vatican II. Il a pour titre : La vocation universelle à la sainteté dans l’Eglise. Les Pères du Concile nous enseignent alors sur l’importance du désir de sainteté, une sainteté accessible à tous ceux qui croient au Christ, une sainteté qui ne va pas sans la miséricorde de Dieu. Le Concile va jusqu’à nous donner les voies et moyens de la sainteté.Lire la suite →

28ème dimanche du Temps Ordinaire

Bon maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ?

L’empressement du jeune homme pour poser cette question à Jésus exprime la force de son désir, qui peut être le nôtre. Qui d’entre nous – sauf s’il en ignore l’existence et ce qu’elle est – ne désire pas la vie éternelle ? Le Seigneur ne lui reproche d’ailleurs pas sa démarche ; au contraire, elle suscite dans son cœur de pasteur un élan d’amour : Il posa son regard sur lui, et il l’aima. Ne se contentant pas seulement de répondre, Jésus entraîne son élève – et nous avec ! – sur un chemin de maturité spirituelle. Quelques repères…

Lire la suite →

27ème dimanche du Temps Ordinaire

« Au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme »

« Le mariage est un signe précieux, parce que « lorsqu’un homme et une femme célèbrent le sacrement de mariage, Dieu pour ainsi dire, se ‘‘reflète’’ en eux, il imprime en eux ses traits et le caractère indélébile de son amour. Le mariage est l’icône de l’amour de Dieu pour nous. En effet, Dieu lui aussi est communion : les trois personnes du Père, du Fils et du Saint Esprit vivent depuis toujours et pour toujours en unité parfaite. Et c’est précisément cela le mystère du mariage : Dieu fait des deux époux une seule existence ». Cela a des conséquences quotidiennes et très concrètes, car les époux « en vertu du sacrement, sont investis d’une véritable mission, pour qu’ils puissent rendre visible, à partir des choses simples, ordinaires, l’amour avec lequel le Christ aime son Église, en continuant à donner sa vie pour elle » (Pape François – Amoris Laetitia n°121).
Les pharisiens interroge Jésus, on pas sur la grandeur du mariage, mais sur la manière possible de s’en détourner. Le sacrement du mariage est pourtant une véritable action de Dieu, répondant avec puissance à l’amour sans limite d’un homme et d’une femme, qui uni les deux êtres pour en faire « qu’une seule chair ». Cette unité est tellement forte qu’on la compare à l’unité du Christ avec l’Eglise, celle-ci étant corps mystique du Christ.Lire la suite →