7ème dimanche du Temps Ordinaire

Dur dur d’être chrétien

Chrétien, bonne poire !

Dans notre monde déchristianisé, quelques références à l’évangile subsistent encore. Beaucoup de non-baptisés connaissent, au moins vaguement, cette recommandation de Jésus : À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. Mais lorsqu’elle est citée, c’est souvent pour se garder de l’appliquer : « ah non, ça suffit ! Là, je ne vais pas me laisser faire, je ne vais pas tendre l’autre joue ! Je ne suis pas une bonne poire ». S’agit-il vraiment d’être une bonne poire pour suivre le Christ ? Jésus demande-t-il vraiment au chrétien de toujours se laisser faire ?

Lire la suite →

6ème dimanche du Temps Ordinaire

« Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l’autre. »

Le 18 février est la fête de Sainte Bernadette Soubirous qui a eu la grâce des apparitions de la Vierge Marie, à Lourdes, en 1858.

Née en 1844, Bernadette n’a pas une enfance spécialement heureuse. Son père, meunier de profession, perd injustement son travail. La famille se retrouve dans une grande pauvreté. En 1857, Bernadette, chétive et asthmatique, est placée par ses parents à Bartrès où elle garde des moutons. De retour à Lourdes en 1858 pour faire sa première communion, c’est à ce moment-là que sa vie va prendre une autre tournure. Du 11 février au 16 juillet 1858, la Vierge Marie lui apparaitra à 18 reprises, à la grotte de Massabielle, au bord du Gave. Bernadette n’est bien reçue par personne. Les autorités civiles et religieuses lui font subir de nombreux interrogatoires, souvent pénibles. Son entourage la prend pour une folle et une simulatrice. Cependant, de plus en plus de monde se rend à la grotte avec Bernadette qui restera toujours dans un calme déconcertant.Lire la suite →

5ème dimanche du Temps Ordinaire

Ami oui, sans-gêne non !

Malheur à moi ! je suis perdu !

Dieu révèle sa gloire, sa puissance, sa majesté au prophète Isaïe. Cette manifestation de la présence divine est grandiose et terrifiante : tout tremble, le Temple se remplit de fumée, les séraphins crient la gloire de Dieu. Devant une telle vision, Isaïe est terrifié. Lui, homme misérable, a vu le Roi de gloire, le Seigneur de l’univers, le Maître de tout.Lire la suite →

4ème dimanche du Temps Ordinaire

« Recherchez avec ardeur les dons les plus grands » (1 Co 13,4)

Lorsque Jésus lit la prophétie d’Isaïe à la synagogue de Nazareth, « tous ont les yeux fixés sur lui et s’étonnent des paroles de grâce qui sortent de sa bouche ». Pourtant l’ambiance va bien vite changer jusqu’à vouloir précipiter Jésus dans le vide. Les auditeurs de Jésus sont capables de transformer leur admiration de Jésus en rejet total. Que sont devenues les paroles de grâce qui sortaient de la bouche de Jésus ?

Reçues par les oreilles mais non par le cœur : Avant de s’insurger contre l’entourage de Jésus, faisons un petit exercice personnel. Régulièrement, nous écoutons la parole de Dieu, à la messe en particulier. Peut-être aussi écoutons-nous les homélies. Au delà des distractions et des manques de concentration possibles, nous pouvons ressentir de la joie, de la satisfaction, de l’admiration, de la consolation… à l’écoute de ces paroles. Lire la suite →

3ème dimanche du Temps Ordinaire

« L’Esprit du Seigneur est sur moi » (Lc 4,18)

« Les réalités divinement révélées, que contiennent et présentent les livres de la Sainte Écriture, y ont été consignées sous l’inspiration de l’Esprit Saint. Notre sainte Mère l’Église, de par la foi apostolique, tient pour sacrés et canoniques tous les livres tant de l’Ancien que du Nouveau Testament, avec toutes leurs parties, puisque, rédigés sous l’inspiration de l’Esprit Saint, ils ont Dieu pour auteur et qu’ils ont été transmis comme tels à l’Église elle-même. Pour composer ces livres sacrés, Dieu a choisi des hommes auxquels il a eu recours dans le plein usage de leurs facultés et de leurs moyens, pour que, lui-même agissant en eux et par eux, ils missent par écrit, en vrais auteurs, tout ce qui était conforme à son désir, et cela seulement » (DV 11). Lire la suite →

Le Baptême du Seigneur

Chrétien, prends conscience de ta dignité !

Il n’y a pas de doute – les évangiles en parlent explicitement – Jésus a bien été baptisé ! Si le baptême remet les péchés et ouvre les portes de la vie éternelle, pourquoi Jésus, qui ne porte aucune trace du péché en lui, s’y est-il volontairement soumis ? C’est la question qui traverse l’esprit de Jean quand Jésus lui demande de le baptiser : C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! Jésus a sciemment demandé le baptême car il avait certainement un but bien précis…

Dieu se manifeste au monde. A Noël et à l’Epiphanie, Dieu se manifeste au monde par son Fils. Invisible et intouchable, il est désormais visible et palpable, à la portée de tous et en premier des plus pauvres. Lire la suite →

Épiphanie du Seigneur

« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » (Mt 2,2)

La première image que nous avons des mages est souvent celle de personnages de différentes origines, se prosternant devant l’enfant Jésus à la crèche et offrant leurs présents. Avant d’adorer et d’offrir, ils ont cherché cet enfant, et avant de le chercher géographiquement, ils ont cherché à savoir qui il était. Ce n’est pas l’enfant qui les conduit à Bethléem, mais c’est le fait qu’il soit le roi des Juifs, et plus encore le Christ annoncé dans les écritures. Une étoile les guide, mais ils n’avancent pas vers l’inconnu. Ils savent que l’étoile les conduit à un trésor qui réjouit leur cœur, d’une joie qui les habite avant même de découvrir Jésus. Au seuil d’une nouvelle année, notre chemin est tout tracé pour aboutir au Christ, que nous voulons adorer toujours plus, en esprit et en vérité.Lire la suite →