12ème dimanche du Temps Ordinaire

Le Christ est mort pour tous

Nous risquons peut-être, concentrés sur l’évangile, de passer à côté de la lecture de la lettre de saint Paul aux Corinthiens proposée ce dimanche. Ce serait dommage parce qu’elle est particulièrement belle et exprime d’une manière sublime ce que signifie être chrétiens.

« L’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous« . L’expression de saint Paul nous rappelle qu’à l’origine de tout, comme le dit Benoît XVI, il y a « la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive ». L’amour du Christ nous saisit lorsque nous le contemplons sur la croix, lorsque nous y voyons le signe de son amour infini pour nous. Comment ne pas vouloir l’aimer en retour, comment ne pas désirer garder sa parole et accomplir ses commandements, face à un don si grand et si pur ?Lire la suite →

11ème dimanche du Temps Ordinaire

« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence. »

Si l’actualité se saisit en ce moment de la question politique, après les élections européennes et dans l’attente des législatives, l’évangile nous éclaire sur « le règne de Dieu ». Non pas sur les alliances de partis politiques, ni sur le choix des candidats se présentant, mais sur la manière dont le règne de Dieu grandit et porte du fruit.

A l’image d’une semence ou d’une graine de moutarde, la grâce du royaume de Dieu ainsi jetée en terre par l’homme, grandit par elle-même, « que l’homme dorme ou qu’il se lève », et finalement porte du fruit. Lorsque le blé est mûr, il faut alors que l’homme y mette la faucille, qu’il en récolte les fruits.

Mystérieuse collaboration de l’homme à la grâce que Dieu lui donne ! Le règne de Dieu implique que l’homme collabore à sa croissance et qu’il en perçoive les fruits. Bien sûr, la ravail principal qui est celui de la croissance est du côté de Dieu. Saint Paul affirmera que s’il a semé et qu’Apollos a arrosé, c’était Dieu qui donnait la croissance (1Co 3, 6). Mais il revient à l’homme de jeter largement pour récolter largement (2 Co 9, 6) !Lire la suite →

10ème dimanche du Temps Ordinaire

Le passage de l’Évangile de ce dimanche (St Marc 3,20-35) culmine avec la question de Jésus « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » En effet, certains le font demander : « ils te cherchent. »

Remarquons bien que, au tout début de cet Évangile, il est déjà question de la famille de Jésus. Marc nous dit qu’elle vient « pour se saisir de lui » et ils disent « il a perdu la tête. »

Le milieu de cet évangile est occupé par une accusation grave des scribes contre Jésus. Jésus leur répond en commençant par une formule assez solennelle qui souligne la gravité du propos : « Amen, je vous le dis. »Lire la suite →

Fête Dieu

Le Christ a obtenu pour nous une libération définitive !

C’est ce que nous célébrons solennellement en contemplant le mystère extraordinaire de l’eucharistie en ce dimanche du Saint Sacrement, que l’on appelle aussi la Fête-Dieu. La subsistance du chant de la Séquence durant la liturgie, souligne l’importance de nos louanges au Seigneur pour le don de son corps et de son sang dans ce sacrement :

Sion, célèbre ton Sauveur, chante ton chef et ton pasteur par des hymnes et des chants. Tant que tu peux, tu dois oser, car il dépasse tes louanges, tu ne peux trop le louer.

Quand les circonstances le permettent, l’Église nous invite à poursuivre la messe par une procession avec tous les fidèles, pour entourer le Saint Sacrement. On installe aussi un ou plusieurs reposoirs où la procession fera étape.Lire la suite →

Sainte Trinité

Le Seigneur est bon, « il est fidèle en tout ce qu’il fait. »

Pour la rentrée prochaine, j’ai reçu une mission nouvelle : vicaire dans la paroisse de la Sainte Famille, de Meyzieu, Jons, Jonage et Pusignan. Le 25 août, je pars donc dans l’archidiocèse de Lyon et quitte Nogent-le-Roi, Maintenon et tous leurs clochers, après avoir eu la grâce de vivre quatre belles années de ministère parmi vous.

Le monde passe, les prêtres passent. Vanité des vanités, tout vicaire qui part est vanité dirait Qohèleth. Un seul être est nécessaire, une seule chose demeure : Dieu lui-même, la charité !

Fidèle à sa promesse, Dieu met des personnes sur nos routes pour nous conduire à Lui. Celles consacrées sont missionnées par l’Eglise pour aller de ville en ville annoncer l’Evangile. Nous savons qu’elles nous quitteront, peut-être pour mieux nous permettre de nous attacher au Christ, le seul Seigneur, l’unique nécessaire : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue ». Dieu sera à l’oeuvre chaque jour de notre vie, si nous savons accueillir les médiations par lesquelles Il agit.

Lire la suite →

Pentecôte

Chers paroissiens,

Nous arrivons à la fin du temps pascal. Après la mort et la résurrection de Jésus, ses enseignements donnés aux apôtres et son ascension par laquelle une nuée le déroba à leurs yeux. Voilà qu’il nous fait cadeau de l’Esprit Saint !

J’aimerais évoquer dans cet édito un point qui me paraît important dans l’apprentissage de la vie dans l’Esprit que la séquence de la Pentecôte nous rappelle aujourd’hui. Elle demande :

“Viens en nous, père des pauvres,
Viens, dispensateur des dons,
Viens, lumière de nos cœurs”.

L’Esprit-Saint est décrit ici comme père des pauvres. Cela nous montre une note essentielle dans la vie du chrétien et nous rappelle la première béatitude “heureux les pauvres de cœurs, car le royaume des cieux est à eux”. D’une manière générale, on trouve dans l’Écriture et dans le témoignage des Saints une référence constante à cette pauvreté, cette humilité de cœur que Jésus nous enseigne. Nous ne sommes rien sans lui.Lire la suite →