6ème Dimanche de Pâques

L’Ascension, source de notre joie

« Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. » (Lc 24, 51- 52).

Comment expliquer cette joie des Apôtres, après l’Ascension du Seigneur ? Comment peuvent-ils se réjouir alors que leur Maître et Ami se dérobe à leurs yeux ?

Évidemment, il faut se rappeler les promesses qu’il leur a faites, avant de les quitter. « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » ; « v ous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins […] jusqu’aux extrémités de la terre. » Les Apôtres ont bien compris que le Christ ne les abandonnait pas, mais qu’il établissait désormais un autre mode de présence : plus discret, mais étendu au monde entier et à tous les temps. Un don immense allait leur être fait, qui nous est encore communiqué à tous par le baptême et la confirmation : le don de l’Esprit Saint, la présence de Dieu luimême en nous.Lire la suite →

5ème Dimanche de Pâques

Et un aventurier de plus au paradis !

Ce dimanche 15 mai, l’Église canonise Charles de Foucauld, une personnalité pour le moins atypique et complexe. En reprenant les mots de Cyrano de Bergerac que j’affectionne beaucoup, nous pourrions essayer de le décrire ainsi : mauvais garçon, militaire, soldat de Dieu, aventurier, explorateur, ermite, religieux sans couvent, prêtre, martyr aussi, ci-git saint Charles de Foucauld, qui fut tout et qui ne fut rien….

Mais pourquoi l’Église canonise-t-elle cet homme aujourd’hui ? Est-ce pour nous montrer encore un de ces saints qui accomplit des choses extraordinaires mais impossibles à réaliser pour nous, pauvres mortels du XXIème siècle ? Je ne le crois pas… Toute la vocation de Charles de Foucauld, est simplement de suivre Jésus dans sa vie à Nazareth, c’est d’avoir une vie humble et cachée. Et il pensait que cette vie pouvait être vécue partout et par tous.Lire la suite →

4ème Dimanche de Pâques

Oui, je le veux !

En ce quatrième dimanche de Pâques, nous méditons particulièrement sur la figure du Christ, bon pasteur. Il aime, connaît et défend ses brebis contre les loups, jusqu’à donner sa vie pour elles : « jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main ». Il veut ainsi que ses brebis aient toujours la nourriture dont elles ont besoin en temps voulu.

Appelés par l’unique bon pasteur, conformément à lui, les prêtres donnent leur vie pour les brebis qui leur sont confiées. Le rituel de l’ordination montre bien tout à la fois la beauté et l’exigence de cette mission : « Fils bien-aimé, avant d’être ordonné prêtre, il convient que vous déclariez devant l’assemblée votre intention de recevoir cette charge. Voulez-vous devenir prêtre, collaborateur des évêques dans le sacerdoce, pour servir et guider le peuple de Dieu sous la conduite de l’Esprit Saint ? – Oui, je le veux. Voulez-vous, de jour en jour, vous unir davantage au souverain prêtre Jésus Christ qui s’est offert pour nous à son Père, et avec lui vous consacrer à Dieu pour le salut des hommes ? – Oui, je le veux, avec la grâce de Dieu. »Lire la suite →

3ème Dimanche de Pâques

Sur le bord du lac de Tibériade,

Jésus ressuscité se fait reconnaître par ses disciples et partage un repas avec eux. Puis, il entreprend un dialogue avec Pierre. Au cours de cet échange Pierre redira son attachement fondamental à la personne de Jésus, malgré ses propres limites et ses fragilités… Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime.

A notre tour, Jésus nous invite à entrer chacun dans un échange similaire avec lui. Redire la profondeur de notre attachement à sa personne, malgré, au-delà de nos limites et fragilités. Oui, c’est lui que je veux suivre malgré mes misères. Sa présence balaie toutes les distances et, quand je le reconnais, je suis capable comme Pierre de plonger dans l’eau pour nager jusqu’à lui. Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. Tu sais quelle place tu tiens au fond de mon être, malgré les blessures, malgré tout ce qui peut défigurer mon image de fils ou de fille de Dieu.

Et ce cri de Pierre nous invite à renouveler notre confiance en la miséricorde de Dieu plus forte que tous les obstacles qui peuvent entraver notre chemin vers Dieu. Cette Miséricorde que l’Eglise nous a invités à célébrer dimanche dernier.

Jésus répond à Pierre : Suis-moi

Il nous invite également à le suivre, fortifiés par notre confiance en sa miséricorde, et à nous mettre au service du projet de Dieu.

Don René-François

Aumônerie : Camp d’été 2022 à la montagne

Dans un climat chrétien et familial, dans la vallée du haut Champsaur, l’aumônerie organise son camp d’été du 8 au 20 juillet 2022 au lycée Poutrain (05). Le camp s’adresse en priorité aux membres de l’aumônerie collège-lycée et du caté 6e, mais pourra, dans la limite des places disponibles, accueillir des jeunes extérieurs. Le séjour est déclaré auprès de le Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations d’Eure-et-Loir.

Date:

Départ: 8 juillet 2022 (7h du matin)

Retour: 20 juillet 2022 (au soir, avant le dîner)

Lieu: 

Lycée Poutrain 

Rue de l’Eglise-Saint-Jean

05260 Saint-Jean-Saint-Nicolas

Moyen de transport:

Bus (compagnie de cars Lécuyer) au départ de l’église Nogent-le-Roi, place du marché aux chevaux (en face de l’église)

Encadrement:

Directeur (BAFD)  du camp Louis-Marie Boët, prêtre vicaire.

Encadrement assuré par une équipe d’animateurs (diplômes BAFA et BAFA stagiaires) et d’adultes accompagnateurs.

Pour s’inscrire :

  1. Remplir le dossier en ligne :
    https://forms.office.com/r/MRrKn9fyE2
  2. Constituer dossier papier  et le rendre au secrétariat

 

Pâques

« Je suis ressuscité, et je suis désormais avec toi, alléluia »

« Je suis ressuscité, et je suis désormais avec toi. » La liturgie entend ce verset du Psaume 138 comme les paroles que Jésus adresse à son Père au matin de Pâques.

Le Christ est définitivement sorti des ténèbres de la mort et des douleurs de la Passion. Il est vivant, ressuscité d’entre les morts. Désormais les souffrances liées au péché sont derrière Lui. Ses plaies demeurent, glorieuses, signes de l’amour triomphant du Seigneur. Jésus s’exclame : « Je suis ressuscité ». Et bientôt, Il ira siéger sur son trône royal pour recevoir louange et adoration. Père, « je suis désormais avec toi ». Imaginez l’effusion d’Esprit Saint, la déflagration d’Amour trinitaire qui en résultera.

Ces paroles du Fils adressées à son Père peuvent nous être également adressées : du Fils de Dieu à ses frères d’adoption par le baptême. « Je suis ressuscité, et je suis désormais avec toi » me dit Jésus ; alléluia !

Lire la suite →

Rameaux

Entrée en Semaine Sainte

Chers paroissiens, La semaine sainte qui s’ouvre avec le dimanche des Rameaux est une semaine tout à fait particulière dans notre année liturgique. Nous allons suivre de près Jésus dans toute sa passion, sa mort et sa résurrection. Même si certains ne pourront pas assister à tous les offices pour des raisons professionnelles ou de santé, entrons-y pleinement, au moins par l’esprit, aidés de l’Ecriture, comme si nous vivions réellement tous ces événements. Mettons-nous à la place des Apôtres qui écoutent le testament de Jésus et qui assistent à la trahison de l’un des leurs, puis à l’arrestation de leur maître à Gethsémani. Veillons avec le Christ angoissé par l’épreuve qui l’attend.Lire la suite →

5ème dimanche de Carême

Le Carême : le temps du catéchuménat

Nous en avons l’habitude (et c’est une grande grâce !) dans nos paroisses : ayant la joie d’accompagner, presque chaque année, des catéchumènes vers le baptême dans la nuit de Pâques, nous vivons avec eux les dimanches de Carême et les scrutins qui les caractérisent. C’est la raison, aussi, pour laquelle nous ne changeons pas de lectures et prenons celles de l’année A, choisies par l’Église pour cette circonstance.

En fait, pour tous, le Carême est un temps catéchuménal, et non simplement pour ceux qui recevront prochainement le baptême. Toute l’Église est engagée dans ce mouvement de conversion, et chacun d’entre nous. A Pâques, avec l’aspersion d’eau, le renouvellement de nos promesses baptismales, la lumière des cierges, nous serons tous plongés et renouvelés dans la grâce de notre baptême, à la splendeur de la Résurrection. C’est pourquoi nous nous préparons durant tout le Carême avec les catéchumènes.Lire la suite →

4ème dimanche de Carême – Laetare

Quelle est ma proximité avec le Christ ?

Se dire chrétien, c’est choisir que mon identité soit associée au nom du Christ. Ce n’est pas rien du tout. C’est déjà un témoignage de mon attachement à la personne du Christ, et dans ce sens, cela peut parfois requérir du courage pour oser l’affirmer publiquement, voire de l’héroïsme dans certains contextes comme en témoignent les chrétiens martyrs en raison de leur foi que l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED) me fait découvrir.

Cela suppose aussi de déployer des efforts en vue de mieux connaître Jésus et de me mettre à son école afin qu’il soit en mesure d’éclairer et de guider chaque pas de ma vie.

L’écoute et la confiance en la parole de l’Eglise me donneront d’approfondir le trésor de la foi et m’aideront à engager les nécessaires conversions que réclame la vie chrétienne. Pour cela, je rappelle les conférences de formation organisées par le diocèse, ou les conférences en ligne de la maison de formation d’Evron durant ce carême. Se dire chrétien, c’est aussi terriblement exigeant, car plus j’avance, plus je vais prendre conscience que je ne suis pas à la hauteur de ce que suppose le nom de chrétien.Lire la suite →

3ème dimanche de Carême

En 2022, dans le monde : des dizaines de guerres engagées

Depuis Cain et Abel, les guerres se suivent et se ressemblent trop. Un désir exacerbé de puissance et de richesses, le mensonge, des offenses non pardonnées, la jalousie… autant de péchés qui conduisent à la guerre, sèment la mort et la désolation. Quel effroyable et triste gâchis ! Alors quels enseignements nous donne l’Église sur une telle situation ? Le catéchisme écrit : « A cause des maux et des injustices qu’entraîne toute guerre, l’Église presse instamment chacun de prier et d’agir pour que la Bonté divine nous libère de l’antique servitude de la guerre. » L’antique servitude… la guerre est un des fruits pourris du péché originel. Notre liberté blessée, tordue par celui-ci, est capable du pire. C’est pourquoi nous ne sommes pas des idéalistes naïfs, nous reconnaissons d’abord que la violence vient de notre cœur, avant de la voir chez notre voisin. Ainsi, croire que l’homme est naturellement et totalement bon est contraire à notre foi ; il n’y a pas de solution simpliste aux conflits.Lire la suite →

EMBARQUEZ VOS ENFANTS A LA CATHEDRALE

Une idée de sortie pour les vacances d’Avril
NOUVEAUTE : Pendant les vacances scolaires, nous couvrirons l’ensemble
des vacances scolaires zone A, zone B et la zone C.
Le service Accueil-visites de la cathédrale propose une visite de la cathédrale spécialement
conçue pour les enfants de 7 à 12 ans !
Une découverte dynamique et interactive de la cathédrale pour apprendre en s’amusant !
Le thème abordé cette année sera reconduit :
« A LA RENCONTRE DES ANIMAUX »
DATES : mardi 12/04, jeudi 14/04 / mardi 19/04, jeudi 21/04 /
mardi 26/04, jeudi 28/04 / mardi 03/05, jeudi 05/05.
HORAIRES : à 14h45
DUREE : 1h
Sur inscription avec la possibilité d’accueillir les enfants le jour même
Tranche d’âge : 7 à 12 ans
Visite payante : 6 € -Tarif réduit 5 € (à partir de 4 personnes) –
Gratuit en dessous de 7 ans
Les enfants doivent être accompagnés d’un adulte.
S’adresser à :
Marie-Christine Blanchet
Service Accueil-visites
Tél : 00 33/ 02 37 21 75 02 ou 06 46 78 90 00
visites.cathedrale@diocesechartres.fr
site : cathedrale-chartres.org

2ème dimanche de Carême

Le Seigneur est ma lumière et mon salut

Après le désert, la liturgie du Carême nous emmène cette semaine sur la montagne de la Transfiguration. Ce n’est pas un hasard ! Avant l’épreuve terrible de la croix, Jésus anticipe la victoire finale et manifeste sa gloire sous les yeux ébahis de Pierre, Jacques et Jean, pour qu’ils s’en rappellent au moment des tribulations. La Transfiguration lève le voile sur la densité de gloire que le Fils possède en plénitude. Plus tard, Pierre s’en souviendra et son témoignage sera fortifié par cette expérience hors du commun : « ce n’est pas en ayant recours à des récits imaginaires sophistiqués que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, mais c’est pour avoir été les témoins oculaires de sa grandeur » (2 P 1, 16).Lire la suite →

1er dimanche de Carême

Carême et le combat spirituel
Mercredi dernier, la liturgie de l’Église nous faisait demander à Dieu, dans la collecte de la messe des Cendres, de « savoir commencer saintement par le jeûne l’entraînement au combat spirituel ». Le ton est donné : avec ce vocabulaire presque militaire, nous comprenons bien que le Carême est un temps de combat, où nous sommes appelés à rejoindre l’étendard du Christ dans la lutte contre l’adversaire. Mais ne nous trompons pas : « nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair », avertit saint Paul (Eph 6, 12) ! L’ennemi contre lequel nous devons « résister jusqu’au sang », rappelle la lettre aux Hébreux, c’est le péché (Hb 12, 4), et celui qui l’inspire. Nous le voyons bien dans l’évangile de ce dimanche où Jésus nous montre, contre le tentateur, comment résister au mal.
Première chose : la lutte est bien menée (et remportée !) par le Christ, sur la Croix, et par son sang versé. Il nous est demandé de le rejoindre, non de prendre orgueilleusement la tête de l’armée. Laissons-le à la première place : le Carême est avant tout un temps de prière plus intense, pour retrouver cette relation vivante avec le Père qui nous donne sa grâce jour après jour.Lire la suite →