Le Baptême du Seigneur

Chrétien, prends conscience de ta dignité !

Il n’y a pas de doute – les évangiles en parlent explicitement – Jésus a bien été baptisé ! Si le baptême remet les péchés et ouvre les portes de la vie éternelle, pourquoi Jésus, qui ne porte aucune trace du péché en lui, s’y est-il volontairement soumis ? C’est la question qui traverse l’esprit de Jean quand Jésus lui demande de le baptiser : C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! Jésus a sciemment demandé le baptême car il avait certainement un but bien précis…

Dieu se manifeste au monde. A Noël et à l’Epiphanie, Dieu se manifeste au monde par son Fils. Invisible et intouchable, il est désormais visible et palpable, à la portée de tous et en premier des plus pauvres. Lire la suite →

Épiphanie du Seigneur

« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » (Mt 2,2)

La première image que nous avons des mages est souvent celle de personnages de différentes origines, se prosternant devant l’enfant Jésus à la crèche et offrant leurs présents. Avant d’adorer et d’offrir, ils ont cherché cet enfant, et avant de le chercher géographiquement, ils ont cherché à savoir qui il était. Ce n’est pas l’enfant qui les conduit à Bethléem, mais c’est le fait qu’il soit le roi des Juifs, et plus encore le Christ annoncé dans les écritures. Une étoile les guide, mais ils n’avancent pas vers l’inconnu. Ils savent que l’étoile les conduit à un trésor qui réjouit leur cœur, d’une joie qui les habite avant même de découvrir Jésus. Au seuil d’une nouvelle année, notre chemin est tout tracé pour aboutir au Christ, que nous voulons adorer toujours plus, en esprit et en vérité.Lire la suite →

4ème dimanche de l’Avent – Temps de Noël – Plus d’amour…

Plus d’amour…

La venue des reliques de Sainte Thérèse en quelques mots

Des veillées pour faire un pas de plus…

Chaque soirée a son thème : Etre missionnaire de l’amour de Dieu mercredi, La petite voie de la confiance et de l’amour jeudi à Nogent, le combat de la prière vendredi, la miséricorde samedi, avec une prédication sur l’évangile éclairé par les écrits de celle qui est Docteur de l’Eglise. De longs moments devant le reliquaire, des intentions de prière déposées auprès de lui, des larmes qui coulent parce que le cœur s’est ouvert… Dieu seul sait ce qui s’est passé dans les cœurs !Lire la suite →

3ème dimanche de l’Avent

« Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie » (Ph 4,4)

« Les livres de l’Ancien Testament avaient annoncé la joie du salut, qui serait devenue surabondante dans les temps messianiques. Le prophète Isaïe s’adresse au Messie attendu en le saluant avec joie : « Tu as multiplié la nation, tu as fait croître sa joie »(9, 2). Et il encourage les habitants de Sion à l’accueillir parmi les chants : « Pousse des cris de joie, des clameurs » (12, 6). Qui l’a déjà vu à l’horizon, le prophète l’invite à se convertir en messager pour les autres : « Monte sur une haute montagne, messagère de Sion ; élève et force la voix, messagère de Jérusalem » (40, 9). Toute la création participe à cette joie du salut : « Cieux criez de joie, terre, exulte, que les montagnes poussent des cris, car le Seigneur a consolé son peuple, il prend en pitié ses affligés » (49, 13).Lire la suite →

2ème dimanche de l’Avent

Droit au but

Malgré des performances mitigées ces dernières années, l’Olympique de Marseille reste une des meilleures équipes françaises (5ème en ligue 1, pour ceux qui ne suivent pas). Avec tout de même d’excellents attaquants, comme le champion du monde Florian Thauvin (oh le beau triplé contre Amiens le mois dernier !). « Droit au but » ! C’est la devise dont l’OM s’est doté à sa fondation en 1899. Elle était en réalité d’abord la devise de la fiancée de son fondateur (René Dufaure de Montmirail, pour ceux qui sont un peu fâchés avec l’histoire de France) : Marguerite avait en effet, dit-on, un « caractère fonceur ».

Nous aussi, nous avons une petite sœur au caractère fonceur. Lire la suite →

2e dimanche du Temps Ordinaire

Tout ce qu’il vous dira, faites-le.

La présence silencieuse de la Vierge dans l’Eglise s’est prolongée, au-delà du temps de la vie terrestre de Jésus, à l’époque de la Pentecôte. « Durant un temps dont la durée précise nous échappe, la Mère de Jésus existe et vit dans l’Eglise, sans qu’il soit explicitement question d’elle. Sa prière et son intercession demeurent cachées. Marie ne semble pas savoir la portée de son influence, et on ne la sait pas autour d’elle ».¹ Aujourd’hui vivante au Ciel, déjà en possession de l’héritage promis, jubilant de la joie de la résurrection et adorant la Trinité à découvert, Marie continue d’attirer en silence les hommes dans le sillage de cette relation à Dieu qui seule sauve et rend heureux.Lire la suite →