Comment faire un bon usage de ses prêtres ? – juillet 2021

L’ordination sacerdotale de don Louis-Marie, peut être une bonne occasion pour vérifier ce que je pourrais améliorer dans ma façon de solliciter les prêtres que Dieu m’envoie…
Je n’oublie pas que l’objectif principal que je poursuis, c’est la SAINTETÉ… ce qui revient à la
bonne santé de l’intégralité de ma personne afin que je puisse accomplir ce pour quoi j’ai été créé : devenir fils ou fille de Dieu.
Bref, il s’agit non pas de demander au prêtre de me plaire, de flatter mes préférences… mais bien plutôt de lui demander de m’aider à me convertir, de m’aider repérer et transformer ce qu’il manque encore en moi pour vivre en chrétien.

Je vous propose de réfléchir à la manière dont vous sollicitez les prêtres, selon deux axes :

1. Donnez-moi ce qui va m’aider à être davantage un disciple de Jésus !
Qu’est-ce que je demande au prêtre pour mieux accueillir, connaître, intérioriser la Parole de Dieu ? Dans ce domaine, je n’hésite pas à le remercier pour tel fruit concret de sa prédication dans ma vie. Mais je renonce aux grandes tirades sur son homélie extraordinaire qui vont plus le flatter que l’éclairer sur comment mieux m’accompagner.
Comment est-ce que je demande au prêtre de me donner accès aux sacrements et de me préparer à mieux les recevoir ?
Participer à la messe en semaine quand c’est possible, recevoir le sacrement de la réconciliation, prendre un temps d’adoration régulier, solliciter un entretien pour faire grandir ma vie intérieure, demander un pèlerinage pour vivre un temps fort… 

2. Donnez-moi ce qui va m’aider à être davantage un missionnaire !
Je complète ma prière à l’Esprit Saint en demandant au prêtre de m’aider à discerner la mission que Dieu me confie aujourd’hui dans l’Eglise… ce qui va plus loin que rendre gentiment un service au prêtre. La mission de l’Église est aussi ma mission de baptisé.
Alors, comment est-ce que je me préoccupe de la façon dont l’Église prend soin, accueille et
accompagne ? Que ce soit pour les familles qui demandent des obsèques, le baptême, le mariage, une attention quand elles viennent à la messe dominicale, les personnes fragiles ou malades…
En faisant mienne cette préoccupation, je partage avec le prêtre ce souci des âmes qui nous sont confiées. Je réponds à la demande du Père au fils aîné dans la parabole du fils prodigue.

Don René-François, curé

 

13ème dimanche du Temps Ordinaire

Donnez largement !
Ce n’est pas la campagne annuelle du denier, pourtant… ? Dans la deuxième lecture de ce dimanche, saint Paul invite les Corinthiens à la générosité dans leur don, dans cette lettre qui est sans doute l’équivalent du premier tract pour le denier de l’Église.

À l’époque, l’Église de Jérusalem connaît des difficultés financières ; les Apôtres et les évangélisateurs invitent donc les chrétiens des autres Églises naissantes à contribuer aux besoins de ceux par qui ils ont reçu l’annonce du Christ. C’est l’occasion pour saint Paul de développer tout un enseignement, qui ne se restreint pas à la question financière.
Oui, bien sûr, il est nécessaire que chacun, à la mesure de ses capacités, porte le souci du bien commun à travers ces questions matérielles. Mais l’invitation au don ne
s’arrête pas là, tant s’en faut.
L’Apôtre nous dit d’abord qu’il s’agit d’une question d’égalité : en faisant ainsi, nous reconnaissons notre égale dignité, notre fraternité dans le Christ. Cette fraternité conduit à un enrichissement mutuel. Nous sommes invités à recevoir simplement tout autant qu’à donner généreusement : richesses matérielles, intellectuelles, affectives, humaines, spirituelles…
Plus profondément, c’est à une imitation du Christ que saint Paul nous invite. « Il n’a pas retenu jalousement le rang qui l’égalait à Dieu », mais « il s’est anéanti », il « s’est appauvri », pour « nous enrichir ». Le cœur, c’est le don de soi, à l’image de notre Dieu. Tout ce que nous donnons, tout ce que nous recevons, nous pouvons le vivre comme une expression de notre cœur profond, créé à l’image de Dieu. « Il y a une certaine ressemblance entre l’union des personnes divines et celle des fils de Dieu dans la vérité et dans l’amour. Cette ressemblance montre bien que l’homme […] ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même » (Gaudium et spes, n.24).

Bon été !

don François Doussau + p

11ème dimanche du Temps Ordinaire

Comment vivre la fraternité ?

Les contraintes sanitaires se détendent un peu en ce début d’été. Depuis 15 mois, les gestes barrières sont proclamés en un refrain récurrent pour faire barrière à la propagation du virus… Que puis-je faire pour qu’ils ne fassent pas pour autant barrière à la fraternité et à la communion ?

De toute façon, c’est dans la prière que je verrai surgir de nouveaux moyens de soigner mon attention fraternelle. Notre Père commun n’est-il pas tout désigné pour nous aider à vivre en frères et sœurs ? Pour amorcer, voici quelques idées en vrac, à approfondir :

  • Se laisser inspirer une parole délicate ou un sujet qui élève la qualité de ma prochaine rencontre.
  • Avant ou après la messe, échanger quelques mots attentionnés avec des personnes que je ne connais pas encore.
  • Se laisser dévoiler le regard que le Seigneur porte sur la personne que je rencontre.
  • Ai-je vraiment déjà parlé de mes besoins véritables et profonds ? Est-ce que j’ose demander un service ?

Travailler la fraternité et la communion c’est déjà se préparer à votre vie éternelle !

Don René-François Charbonnel, + curé

Le Saint Sacrement du Corps et du sang du Christ

Laissez votre âme s’agrandir !

Chers frères, La Fête-Dieu, célébrée dans l’Eglise depuis le 13ème siècle, est chaque année une occasion renouvelée de rendre grâce pour le sacrement de l’Eucharistie, don par excellence de Dieu fait à l’humanité. Comme on le chante dans la très belle séquence de ce dimanche : « Tant que tu peux, tu dois oser, car il dépasse tes louanges, tu ne peux trop le louer ! »

Lire la suite →

Camp d’été 2021 à Pontlevoy

 

Dans un climat chrétien et familial, entre bords de Loire et vallée du Cher, l’aumônerie organise son camp d’été du 8 au 17 juillet 2021 à l’abbaye de Pontlevoy (41). Le camp s’adresse en priorité aux membres de l’aumônerie de la 5e à la Terminale, mais pourra, dans la limite des places disponibles, accueillir des jeunes ayant suivi le catéchisme en 6e ou ne faisant pas partie de l’aumônerie. Le séjour est déclaré auprès de le Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations d’Eure-et-Loir.

Encadrement
Directeur (BAFD) du camp : don Louis-Marie Boët (lmboet@csm.fr / 07 68 90 57 68). Encadrement assuré par une équipe d’animateurs (diplômés BAFA et BAFA stagiaires) et d’adultes accompagnateurs.

Tarifs
Jeunes de l’aumônerie : 220 €
Jeunes extérieurs à l’aumônerie (prix coûtant) : 280 €
Tarif bienfaiteur : 320 €

Renseignements
Secrétariat de la pastorale des jeunes (Pascaline Moncuit) : aumonerie.stmartin28@orange.fr
Don François Doussau (fdoussau@csm.fr)

Inscriptions
– Formulaire d’inscription à remplir en ligne
– Dossier d’inscription à télécharger et remplir :